Archive

Posts Tagged ‘Le Monde’

presse Zeitgeist Protest

le mur de la presse

La presse en parle et c’est ce soir à 20h au Studio Galande !
Le Monde : « Sensation pure: sixième long-métrage du cinéaste Christophe Karabache, le film, peu bavard, progresse par longues plages sensorielles et mystérieuses, ellipses et traitement plastique de l’image privilégiant parfois le flou. »
Critikat: « Dans un sens, on peut saluer la constance avec laquelle Christophe Karabache refuse de céder aux facilités, n’ayant jamais peur de susciter le rejet et imposant peu à peu une empreinte qui fait toute la singularité de ses films. »
Africiné: « Karabache pointe sa caméra comme une arme de précision, armure offensive contre la violence du monde (…) Le film est prémédité comme un coup de feu contagieux. »

Article dans Le Monde

Article dans LE MONDE sur Zeitgeist Protest – par le critique Jean-François Rauger

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/04/18/zeitgeist-protest-un-mysterieux-mal-contemporain_5112777_3476.html

« Zeitgeist Protest » : un mystérieux mal contemporain

Le sixième long-métrage de Christophe Karabache, peu bavard, progresse par longues plages sensorielles et ellipses.

Un homme solitaire, et visiblement hanté par un projet de vengeance, reçoit la visite de sa cousine qui s’installe chez lui après avoir quitté sa famille. Au bout d’une cohabitation à la fois sexuelle et conflictuelle, le couple décide de quitter l’immeuble de la banlieue parisienne où il loge et de prendre la route, de fuir vers un ailleurs mystérieux. Se contenter de résumer ainsi Zeitgeist Protest serait passer à côté de la singularité d’une œuvre un peu étrange.

Sensation pure

Sixième long-métrage du cinéaste Christophe Karabache, le film, peu bavard, progresse par longues plages sensorielles et mystérieuses, ellipses et traitement plastique de l’image privilégiant parfois le flou. Il s’agit ici avant tout sans doute de saisir une atmosphère, un état d’esprit, celui de personnages dont la nature se déduit de la sensation pure tout autant que de l’examen pensif de comportements tout extérieurs.

Individus solitaires et en marge (sont-ce vraiment des personnages ?), les silhouettes observées expriment un malaise que les effluves de récits qui flottent dans le film renvoient peut-être à un mal qui pourrait être contemporain. Le fameux « Zeitgeist » du titre peut-être.

logo-lemonde