Accueil > Articles et Interviews, Uncategorized > Mélancolie libanaise, le cinéma après la guerre civile

Mélancolie libanaise, le cinéma après la guerre civile

livre eh horr passage ck

l’analyse de Dima el Horr sur mes films dans son livre « Mélancolie libanaise, le cinéma après la guerre civile » édité chez L’Harmattan (préface Alain Bergala). quelques extraits: « La colère: le cinéma de Christophe Karabache est physique (…) où les corps symbolisent l’absurdité du monde et sa folie latente, sa désorganisation, son chaos et le traumatisme que chaque personnage porte en lui… De cet univers, qui reflète la folie de la société libanaise, nait une vision à la fois apocalyptique et quotidienne du vécu libanais, où tous sont impliqués dans la violence, où le « bon » et le « méchant » n’existent pas. Il y a dans le cinéma de Karabache une véritable « animalisation des corps »…

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :