Accueil > Uncategorized > Projection de « Wadi Khaled » à Beyrouth avec Les Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid

Projection de « Wadi Khaled » à Beyrouth avec Les Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid

Mon film « Wadi Khaled » sera projeté le 10 mai prochain au Beirut Art Center (BAC) dans le cadre d’une programmation organisée par Les Rencontres Internationales PARIS/BERLIN/MADRID dans l’une des séances intitulée: « Notre pays n’existe pas ».
8pm
OUR COUNTRY DOESN’T EXIST / NOTRE PAYS N’EXISTE PAS 

Libia CASTRO, Ólafur ÓLAFSSON: Il Tuo Paese Non Existe | video | hdv | color | 00:06:00 | Spain / Iceland / Italy | 2011 [ENGLISH, FRENCH SUBTITLES]
Christophe KARABACHE: Wadi khaled | exp. documentary  | super 8 | color | 00:15:00 | France, Lebanon | 2008 [FRENCH, ENGLISH SUBTITLES]
Vartan AVAKIAN: Short Wave / Long Wave | documentary | video | color | 00:09:00 | Lebanon / France | 2009
Christian BARANI: My Dubaï Life | exp. documentary | hdv | color | 01:00:00 | France / Dubai | 2011 [ENGLISH, FRENCH SUBTITLES]

Libia Castro and Ólafur Ólafsson present a video of a performance made in Venice where a mezzo soprano on a gondola announces in several languages to the Venetian and the tourists: «your country does not exist». Christoph Karabache films the Bedouins and the inhabitants from the northern border (Wadi Khaled) between Lebanon and Syria, a people deprived of identity, a land with neither faces nor words. Vartan Akavian films a city in search of anonymity and to record his name in it. Christian Barani walks and films in a city where nothing is thought for the body in movement, a city built by and for the flows. He walks to get lost in these areas of fiction and to build randomly. No sequence is recorded twice.

Libia Castro et Ólafur Ólafsson proposent la vidéo d’une performance effectuée à Venise, où une mezzo soprano sur une gondole annonce en plusieurs langues aux vénitiens et aux touristes «ton pays n’existe pas». Christophe Karabache filme les bédouins et les habitants de la frontière nord (Wadi Khaled) entre le Liban et la Syrie, un peuple privé d’identité, une terre sans visages ni paroles. Vartan Akavian filme une ville à la recherche de l’anonymat pour y enregistrer son nom. Christian Barani marche et filme dans une ville où rien n’est pensé pour le corps en mouvement, une ville construite par et pour les flux. Il marche pour se perdre dans ces espaces de fiction et construire à partir du hasard. Aucune séquence n’est enregistrée deux fois.

Advertisements
Catégories :Uncategorized
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :